La frontière, source de profit et mode de vie (1851-1960)

Pendant plus d’un siècle, l’Acadie des terres et forêts se forge un caractère entrepreneurial fort. Ses familles, communautés religieuses, gens d’affaires, bénévoles et élus créent et dirigent des fermes familiales, des scieries, une papetière chevauchant deux pays, des écoles, collèges et universités, des journaux et radios, des paroisses, commerces, restaurants, hôtels, hôpitaux, sanatorium, orphelinat, golfs et arénas, fanfares, orchestres, chœurs de chant et troupes de théâtre… Certains s’adonnent avec succès à la contrebande durant la Prohibition.
 
La décision Lushington fixe la frontière entre le Canada-Uni et le Nouveau-Brunswick; ouverture de la ligne télégraphique Québec-Halifax passant par la vallée du Saint-Jean; le bureau de poste du Petit-Sault adopte le nom d’Edmundston;
 
Québec entreprend la construction d’une « route militaire » entre Rivière-du-Loup et le lac Témiscouata (qui succèdera au Grand-Portage); le Nouveau-Brunswick adopte puis abandonne une loi de Prohibition de l’alcool
 
Le Madawaska compte 5000 habitants et l’Aroostook 3500
 
Le Nouveau-Brunswick abolit les écoles confessionnelles
 
Le Nouveau-Brunswick crée le comté de Madawaska, détaché du comté de Victoria
 
Le Nouveau-Brunswick accorde le droit aux catholiques d’avoir des écoles privées indépendantes
 
Donald Fraser inaugure un moulin à scie à River de Chute
 
Fondation à Fort Kent de la Madawaska Training School, l’ancêtre de l’Université du Maine à Fort Kent, afin d’« américaniser » la communauté francophone
 
Une centaine d’Acadiens fêtent la Saint-Jean-Baptiste à Québec, ce qui les incite à convoquer une grande convention nationale à Memramcook
 
Première convention nationale acadienne à Memramcook, qui adopte le 15 août, jour de l’Assomption, comme fête nationale de l’Acadie
 
Deuxième convention nationale acadienne à Miscouche, qui adopte le tricolore étoilé et l’Ave Maris Stella comme symboles nationaux
 
Troisième convention nationale acadienne à Pointe-de-l’Église, qui demande le français comme langue d’enseignement des écoles acadiennes de Nouvelle-Écosse
 
La compagnie Fraser possède une partie de la seigneurie du Madawaska et un moulin à scie à Cabano (incendié en 1966). Elle opérera des usines de pâte et papier à Edmundston (1918-) et Madawaska (1925-) reliées par pipelines (1926-)
 
Quatrième convention nationale acadienne à Arichat, qui demande la nomination d’un évêque acadien; Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, est présent
 
Cinquième convention nationale acadienne à Caraquet, qui demande de nouveau la nomination d’un évêque acadien et des manuels scolaires français
 
Sixième convention nationale acadienne à Saint-Basile, qui supplie Rome de nommer un évêque acadien et demande aux journaux acadiens de retenir les services d’écrivains acadiens
 
Fondation du journal Le Madawaska; septième convention nationale acadienne à Tignish, qui célèbre la nomination du premier évêque acadien et nomme un Comité de rapatriement des Acadiens exilés
 
Le Nouveau-Brunswick, dans un effort patriotique pendant la Guerre mondiale (1914-1918), adopte une loi de Prohibition et devient officiellement « sec » le 1er mai 1917
 

Saint-Léonard acquiert le statut de ville; référendum au Nouveau-Brunswick sur le maintien de la Prohibition (le Oui l’emporte dans la province, à 66 %, et dans tous les comtés, sauf au Madawaska, où c’est le Non qui recueille 66%)
 
Huitième convention nationale acadienne à Pointe-de-l’Église et Grand-Pré; début de la Prohibition aux U.S.A. et de l’âge d’or des barons madawaskayens de la contrebande d’alcool (Maxime Albert, Fred Lévesque et Albénie J. Violette
 
Création de « la Patente », ou Ordre de Jacques-Cartier, société secrète visant à promouvoir les intérêts des franco-catholiques au Canada; précédée (1921) au Madawaska par la « Petite Boutique », animée par le médecin Albert M. Sormany
 
Neuvième convention nationale acadienne à Moncton, qui veut améliorer la représentativité des Acadiens à Fredericton et encourager la fondation de coopératives et l’usage du français dans la vie publique
 
Début de la Grande Dépression économique mondiale
 
Saint-François et Baker Brook fondent les deux premières caisses populaires acadiennes du Madawaska; dixième convention nationale acadienne à Memramcook, qui aborde de nombreux sujets d’ordre économique
 
À Edmundston, CJEM, la plus ancienne radio de langue française des Maritimes, diffuse sa première émission; création du diocèse d’Edmundston
 
Fondation à Edmundston du Collège Saint-Louis
 
Le Nouveau-Brunswick reconnaît les cours d’été en français de l’université Saint-Joseph et accorde une charte universitaire au Collège Saint-Louis, qui deviendra une composante de la nouvelle Université de Moncton en 1963
 
Fondation à Saint-Basile du Collège Maillet pour filles
 
Edmundston devient la première cité francophone du Nouveau-Brunswick
 
Commémoration du bicentenaire du Grand Dérangement en plusieurs lieux, notamment au Madawaska, des fêtes considérées comme la onzième convention nationale acadienne
 
Douzième convention nationale acadienne à Memramcook, qui transforme la Société nationale de l’Assomption en Société nationale de l’Acadie
 
Début de la Révolution tranquille au Québec; arrivée au pouvoir de Louis J. Robichaud, premier Acadien élu comme premier ministre du Nouveau-Brunswick; treizième convention nationale acadienne à Pointe-de-l’Église
 

Lire- Plus moderne, plus ouverte… avec un passeport (depuis 1960) »