Chaque famille madawaskayenne a son histoire

La nouvelle frontière a profondément divisé les familles du Madawaska. Une compilation des lots confirmés par le Maine, entre 1843 et 1844, et par le Nouveau-Brunswick, entre 1845 et 1847, le démontre. Non seulement on retrouve des branches des mêmes grandes familles des deux côtés du fleuve Saint-Jean, mais de nombreux individus ont dû composer avec le fait de posséder des lots des deux côtés du fleuve, dans deux pays différents. Retrouvez votre patronyme dans ces tableaux et poursuivez vos recherches en vous servant des outils mis à votre disposition dans cette salle et sur Internet.
 
Quand les titres de propriété arrivent avec une frontière entre les familles
Au lendemain de la signature du Traité, de nombreuses familles se retrouvent des deux côtés à la fois du fleuve Saint-Jean. À eux seuls, les cinq principaux patronymes, tous acadiens, les Cyr, les Martin, les Thibodeau, les Violette et les Daigle, occupent plus de 300 lots, au Maine et au Nouveau-Brunswick. Ce tableau et le suivant ont été rendus possibles en standardisant la manière d’écrire les noms et les prénoms, lesquels varient considérablement sous la plume des commissaires américains ou britanniques.
 
Le fleuve Saint-Jean, frontière « naturelle » ou « rue principale » ?
Ce second tableau énumère les familles qui n’étaient représentées que sur une seule rive du fleuve une fois la frontière réglée. La plupart de ces Madawaskayens n’occupaient qu’un unique lot et leurs patronymes sont d’origines variées. Pour ces familles comme pour leurs voisins plus enracinés, dont les maisons se faisaient face de part et d’autre du fleuve, le Saint-Jean représentait, à l’époque du Traité, beaucoup plus un mode de communication qu’une division artificielle du paysage.
 
Sources des données des tableaux
Les données sur les propriétaires et la superficie des lots du côté néobrunswickois proviennent des cartes cadastrales et du Livre des concessions au Madawaska exposés ci-devant. Les données sur les lots du côté du Maine proviennent du Joint Report of the Commissioners to locate grants and determine the extent of possessory claims under the late treaty with Great Britain, Upper St. John River Valley & Aroostook River Valley Aroostook County, Maine, August 1844, et en particulier de la retranscription effectuée par C. Gagnon et publiée dans le site web http://www.upperstjohn.com/1844/index.htm.
 

Lire - Québec et Fredericton se disputent terres et forêts »